2.4  Cas des associations

Les associations fonctionnent comme des entreprises, mais ne sont soumises aux mêmes règles fiscales que dans des cas bien précis où elles ont une activité commerciale lucrative caractérisée par la règle des 4 P:

Produit : Doit majoritairement avoir un caractère social. 

Public : les produits vendus doivent s'adresser à un public concerné par le caractère social.

Prix : Les prix pratiqués doivent être inférieurs à ceux pratiqués par les structures lucratives.

Publicité : Les actions de communication doivent être de caractère informatif et non commercial. 

 Mais les associations peuvent pratiquer les mêmes comptabilités que les entreprises, même si la règle des 4 P ne leur confère pas la qualification d'entreprise lucrative. En effet certains partenaires financiers importants, ou l’état, exigent la présentation de comptes complets avec bilan et compte de résultat, nécessitant la mise en place d'une comptabilité détaillée.

3. Le plan comptable

Dans la plupart des régimes fiscaux, on demande de produire des tableaux de synthèse comme un bilan et un compte de résultat.

Quand on saisit les mouvements financiers dans le journal, il est nécessaire de définir la catégorie affectée au montant enregistré pour le placer au bon endroit du bilan ou du cpte de résultat.

On n’enregistre pas une vente dans la même catégorie qu’un emprunt ou qu’une cotisation sociale.

La comptabilité, vous commencez à le pressentir, est une affaire de classement. Il faut placer les bons montants dans les bons tiroirs (appelés comptes). Pour que tout le monde se comprenne, il faut que les comptes aient les mêmes significations pour tous. On a donc inventé le plan comptable général, conçu surtout pour les entreprises  (Il existe, depuis 1999, un PCG spécifique pour les associations)

Le plan comptable est divisé en 8 classes :

Classe 1 : comptes de capitaux = apports divers durables >1 an  (Capitaux pour les entreprises, apports privés et subventions d'investissements pour les associations, emprunts moyen et long terme pour tous, provisions pour risques).

Classe 2 : comptes d'immobilisations = emplois de ressources pour investissement (matériel, installations, caution financière)

Classe 3 : comptes de stocks = marchandises, en-cours de production

Classe 4 : comptes de tiers = concerne tous les partenaires de la structure (personnel, clients, fournisseurs, Etat, banque)

Classe 5 : comptes financiers = banques, caisses, valeurs mobilières

Classe 6 : comptes de charges = achats, services extérieurs, impôts, personnel, frais financiers, intérêts, amortissements

Classe 7 : comptes produits = ventes de produits (marchandises, services), subventions de fonctionnement, adhésions annuelles.

Classe 8 : contributions volontaires = valorisation du bénévolat

 Sur un bilan, voici à quels postes sont attribués les classes :

ACTIF ou BESOINS

PASSIF ou RESSOURCES

2 Immobilisations

1 Apport – Capital – Réserves -

Emprunts

3 Stocks

4 Dettes fournisseurs et autres

4 Créances clients et autres

5 Disponibilité trésorerie

 

Chaque classe se subdivise en sous-comptes de 2 à n chiffres (6 le plus souvent).

Exemple :

63 : Impôts

635 : Impôts  et taxes

6351 : Impôts directs

63512 : Taxes foncières

Voici, sur un compte de résultat, comment sont attribués les comptes principaux:

CHARGES

PRODUITS

60 à 65 :Charges d’exploitation

70 à 75 :Produits d’exploitation

66 : Charges financières

76 : Produits financiers

67 : Charges exceptionnelles

77 : Produits exceptionnels

Résultat = Bénéfice

Résultat = perte

 

On peut donc créer, à partir des comptes du PCG, autant de sous-comptes que l’on veut en respectant la hiérarchie :

635121 : taxe foncière magasin A

635122 : taxe foncière magasin B

Exemples de comptes

Achat de marchandises            607

Ventes de prestations              706

Assurances                              616

Rémunérations dues               421

Créances clients                      411

Emprunts                                164

Frais bancaires                       627

Caisse                                     530

Voyons tout cela en utilisant le plan comptable des associations dans un cas pratique d'association.

Utilisation du plan comptable

Ex: association organisant des spectacles vivants amateurs.

Ressources initiales :

Subvention pour équipement d'une salle de spectacles (département)                   15.000€

Apport de sièges de spectacles d'occasion                                                                5.000€

Dons privés de mécènes                                                                                            3.000€

Subvention annuelle d'aide au fonctionnement (communauté communes)             10.000€

Besoins ou Emplois initiaux:

Frais de constitution                                                                                                        50€

Équipement de la salle                                                                                             13.000€

Achat informatique                                                                                                     1.000€

Achat de fournitures administratives                                                                            100€

Dépôt de garantie loyer( 2 mois de loyer)                                                                 1.200€

Premier loyer                                                                                                                600€

Remarques :

-  la subvention d'aide au fonctionnement est considérée comme un produit destiné à couvrir les charges de fonctionnement

-  Les fournitures administratives ne sont pas un bien durable mais des charges de fonctionnement.

-  Le premier loyer couvre le premier mois de l'exercice, c'est une charge de fonctionnement.

Tous ces montants concernent 

le compte de résultat. Par contre