4.  Types de comptabilité

Il existe deux sortes de comptabilité, applicables selon les régimes fiscaux, mais très différentes sur les types de données utilisées et obtenues

  •  La comptabilité de trésorerie
  • La comptabilité de créances et dettes

        4.1 Comptabilité de trésorerie

Des exemples ?

Le plus simple, celui du budget familial:

Vous avez des rentrées: le salaire. Vous avez (beaucoup) des sorties: le loyer, les prêts, les achats courants, l'électricité, le téléphone, etc…

Ceux qui sont bien organisés vérifient que les rentrées couvrent les sorties :

total des entrées >= total des sorties

Très simple :

total entrées = somme des salaires nets + allocations + remboursements SS + …

total sorties = somme des factures ou tickets de caisse TTC + sommes des prélèvements bancaires + impôts + …

La différence est votre trésorerie disponible

En effectuant ces opérations, vous tenez une comptabilité de trésorerie.

Exemple : un commerce:

Le principe est le même. La comptabilité la plus simple s'appelle comptabilité en recettes/dépenses. Il s'agit de tenir un tableau, qui représente les dépenses et les recettes pendant une durée définie qu'on appelle l'exercice comptable (en général, il s'agit d'une année calendaire, mais pas toujours).

Exercice du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2013

Dépenses

Recettes

Achat 2ème ordinateur

Achat marchandises

Charges de fonctionnement

Salaires

Charges salariales

800,00

11.000,00

2.500,00

10.000,00

4.000,00

Ventes marchandises

Ventes prestations

20.000,00

18.000,00

Total dépenses (2)

28.300,00

Total recettes (1)

38.000,00

Bénéfice = (1) – (2)

9.700,00

Perte = (2) – (1)

Total :

38.000,00

Total :

38.000,00

Par convention, on place les recettes à droite et les dépenses à gauche.

REMARQUE :

Dans cette tableau, on enregistre les dépenses réellement payées et les recettes réellement encaissées au cours de l'exercice à l'exclusion de toute autre.

Pour vérifier la justesse des sommes, que doit on faire ? On regarde les relevés bancaires et les bordereaux de caisse qui sont les pièces comptables de la comptabilité de trésorerie.

La vérification consiste :

-  A contrôler que les recettes et dépenses notées dans le tableau figurent aussi dans les bordereaux de caisse et les relevés bancaires (rapprochement bancaire)

-  A vérifier que le total :

Solde banque + caisse de début d'exercice + bénéfice (ou – perte) de l'exercice

=  solde banque + caisse de fin d'exercice

EXEMPLE :                 

solde banque au 01/01  :           2.315€

Bénéfice :                                   9.700€

solde banque au 01/01  :           8.015€

Contrôle : 2.315€ + 9.700€ =    8.015€

C'est tout !

La comptabilité recettes/dépenses a le mérite d'être simple, mais, bien qu'elle soit admise officiellement pour certaines professions comme les professions libérales, elle est incomplète.

 Premier constat, si elle reflète parfaitement la réalité de la trésorerie,  il n'en est pas de même pour la réalité de l'activité. En effet, les somme décaissées ne sont pas forcément dues à une dépense sur l'exercice, et idem pour les encaissements.

 Second constat : ce type de compta ne tient pas compte des dettes et des créances (si un client doit de l'argent ou si on a une dette fournisseur, créance et dette ne sont pas mentionnées, et s'il y a un emprunt, où en est-on des remboursements?).

 Troisième constat: le patrimoine de la structure n'est mentionné nulle part, sauf dans l'exercice au cours duquel les éléments patrimoniaux ont été payés.

 Or pour certaines structures importantes, les partenaires financiers (état, financeurs privés, banques) veulent savoir :

  • - à quoi ont servi les financements ou le bénéfice réalisé cumulé au cours des exercices,
  • - si l'activité est rentable.